vendredi 5 septembre 2014

Lycée agricole : une rentrée 2014 sous le signe du changement


Sur la photo, de gauche à droite : Marie MENNESSON, directrice d'exploitation ; Aurélien BERNABEU, conseiller principal d'éducation ; Frédéric BLANCHET, gestionnaire ; Marie-Claude LEGUILLON, conseillère régionale et présidente du conseil d'administration ; Doris PRECHEUR, proviseur du lycée agricole et directrice de l'EPLEFPA.




UNE RENTREE AU LYCEE AGRICOLE DE DURDAT-LAREQUILLE 
SOUS LE SIGNE DU CHANGEMENT


Cette année, 160 élèves ont été accueillis (118 garçons et 43 filles), ce qui représente un bon rééquilibrage des effectifs, avec un plus grand nombre d’élèves de seconde que l’année précédente.
En ce qui concerne les équipes, signalons le changement de directeur, de conseiller principal d’éducation et de quelques enseignants.

La région Auvergne a financé (à hauteur de 4,7 millions d’euros TTC) un important chantier qui a pour but d’améliorer les conditions de travail des élèves et du personnel. La livraison d’un internat neuf ce printemps, en complément de l’existant, permet l’accueil de 110 internes (filles et garçons). Il s’accompagne d’un atelier pédagogique spécifique pour les cours d’agroéquipement (atelier soudure et maintenance) et ceux d’aménagement paysager. Les travaux en cours vont permettre la livraison début 2015 d’une salle de sport. L’ensemble de ces constructions s’inscrit dans la notion de développement durable (construction bois). La nouvelle chaufferie permet la valorisation des haies et du bois du boccage local.

Autour de ces bâtiments, un réaménagement du site associera les élèves à toutes les phases du projet, depuis la conception et la réflexion jusqu’à la mise en place. La plantation de végétaux de collection, ou la création d’espaces détente seront proposés en tant que projets pédagogiques.

Tous ces chantiers révèlent une volonté partagée par les différents dirigeants et encadrants de lier enseignement, exploitation et pépinière pédagogiques et ateliers. Les TD et TP se font grandeur nature et permettent une forte participation des élèves.

L’exploitation agricole commence bien son année : elle a remporté le Trophée des Lycées au  concours national adultes lors du Mondial Charolais, ainsi que le 4ème prix dans la section où une jeune vache et son veau étaient présentés. L’exploitation a d’autres missions, parmi lesquelles celle qui consiste à expérimenter des méthodes ou des cultures innovantes. Elle mettra également en place des travaux sur l’autonomie alimentaire du troupeau.

D’autres projets pédagogiques et vie scolaire verront le jour ou seront poursuivis, notamment autour de l’individualisation des formations, le soutien, ou encore la formation d’écodélégués.




 
 UN NOUVEAU PROVISEUR POUR LE LYCEE AGRICOLE


Doris PRECHEUR, 53 ans, est originaire de Lorraine, mais elle a également quelques origines auvergnates, du côté du Cantal. Elle vient de l’enseignement agricole, depuis sa classe de seconde jusqu’à son BTS. Elle a travaillé pendant plusieurs années  en centre de formation pour adultes et en centre de formation d’apprentis, dans le secteur agricole. Elle a ensuite passé le concours d’enseignant d’éducation socioculturelle, technique de communication et d’animation, une spécialité propre à l’enseignement agricole. Après avoir enseigné pendant 16 ans, elle a été proviseur adjoint en Moselle d’un lycée agricole et en Alsace d’un lycée viticole, puis nommée Proviseur à Durdat-Larequille. Signalons qu’il n’y avait pas eu de Proviseur femme d’un lycée agricole en Auvergne depuis plusieurs années.

Que va-t-elle apporter ? Sa première réponse est : « Un établissement ne vit que grâce à toutes les personnes qui le composent». Pour elle, c’est ensemble qu’on avance. Cela demande d’être attentif à tous, élèves, enseignants et personnels, qu’ils soient territoriaux (Région) ou bien d’Etat (Agriculture). Doris PRECHEUR déplore surtout que l’enseignement agricole soit encore si mal connu, bien qu’il existe depuis plus de 150 ans. Le préjugé selon lequel il serait « réservé » à des enfants d’agriculteur est tenace, alors qu’il existe une trentaine d’options différentes dans les filières agricoles, horticoles et paysagères. Les métiers sont variés et vont du service à la personne en milieu rural au salarié d’exploitation  ou au technicien, en passant par le développement et l’animation des territoires ruraux. Madame le Proviseur entend bien tisser des liens et établir des partenariats pour mieux faire connaître l’enseignement agricole et faire vivre son établissement.